Martin Kopp, ambassadeur luthérien pour le climat: « La société civile doit agir maintenant ! »

Pendant les négociations autour du climat au Bourget, à Paris, les lobbys essaient d’influencer les débats. Ils ne sont pas les seuls : les associations et mouvements religieux tentent eux aussi de lutter pour la justice climatique. Interview de Martin Kopp, chargé de plaidoyer climat pour la Fédération luthérienne mondiale, par Sophie Lebrun.

 

Pèlerin. Comment ont commencé les négociations ?
Martin Kopp. La première journée, lundi 30 novembre, a permis aux chefs d’Etat de faire leurs discours, mais il n’y a pas de grosses annonces. Cela aurait pu être le moment de tracer une ligne rouge pour marquer la suite des négociations, mais cela n’a pas été le cas. On demeure donc aujourd’hui dans l’incertitude.

Les manifestations de la société civile, les rencontres bilatérales avec les délégations nationales sont alors encore plus importantes. Tout est réuni mais rien n’est joué : on oscille entre espoir et inquiétude. Il y aura un accord, c’est certain, mais que contiendra-t-il ? Nous devrons être très attentifs sur les mots choisis : les conjugaisons pourront tout changer. Est-ce que ce sera « Les États devront », « devraient », « pourraient devoir »… ?

Lire l’interview sur Pèlerin.com

Des centaines de pèlerins du climat ont rejoint Paris

La COP21, ça concerne aussi les religions, qui se mobilisent pour le climat. Sophie Lebrun est allée rencontrer les pèlerins du climat pour le magazine Pèlerin !

 

 

Ce vendredi après-midi, dans l’entrée de l’église Saint-Merri, à Paris (IVe arrondissement), quelques traces de terre et des bouts d’herbes sont parsemés sur les pavés. Les chaussures de marche se succèdent : les pèlerins du climat viennent d’arriver dans la capitale française pour la Conférence sur le climat (Cop21) organisée du lundi 30 novembre au vendredi 11 décembre 2015.

 

Lire le reportage sur Pèlerin.com

Le mauvais coup de l’été : l’Etat évacue la ferme des Bouillons et la cède à des proches du groupe Auchan

Alors que la ZAD de la ferme des Bouillons près de Rouen a été évacuée hier, Julie Lallouet Geffroy, membre du collectif, co-signe avec Hervé Kempf un article sur le sujet dans le quotidien de l’écologie. Elle vous dit tout sur l’entourloupe étatique de l’été, à quelques jours de la COP 21.

 

Reporterre a tiré le rideau pour ce mois d’août. Mais parce que nous ne voulions pas rédiger à la rentrée un article intitulé « Ce que vous avez raté pendant l’été : une occupation évacuée, il est maintenant trop tard », nous ré-ouvrons nos colonnes. Mercredi 19 août, la ferme des Bouillons, lieu agricole alternatif près de Rouen, a été évacuée par les CRS.

Tout allait pourtant pour le mieux à la ferme des Bouillons entre un stage de construction d’éoliennes, le passage d’Alternatiba et le marché maraîcher hebdomadaire ; mais la période estivale est propice aux entourloupes étatiques.

C’est ce qu’a vécu la ferme occupée, située à Mont-Saint-Aignan, en périphérie de Rouen. Une entourloupe bien ficelée qui a abouti, mercredi matin 19 août, à l’évacuation par les CRS de la trentaine de personnes qui occupaient depuis plus de deux ans et demi la ferme pour la sauver d’un projet immobilier du groupe Auchan.
Lire l’article sur Reporterre.